Marocco

Sidi Ifni : Harcelée sexuellement dans un grand taxi

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 14:08

A bord d’un grand taxi de Tiznit elle se dirige vers Sidi Ifni. Toutefois, à mi-chemin, cette mère de famille sursaute.

En effet, elle sent une main qui se glisse sous ses vêtements. Celle d’un jeune homme qui se tient à ses côtés. Elle lui lance un regard pour exprimer son incompréhension et en même temps pour qu’il tire sa main. En guise de réponse il lui touche sa partie intime.

En essayant de lui enlever sa main, il brandit furtivement un couteau tout en lui chuchotant à l’oreille qu’elle doit l’accompagner, une fois descendus, pour passer quelques «bons moments». La pauvre femme tient son mal en patience jusqu’à ce qu’ils arrivent à un barrage de police dressé à l’entrée de la ville de Sidi Ifni. Elle s’empresse de raconter tout aux policiers qui procèdent tout de suite à la fouille du mis en cause. Ils tombent sur le couteau qu’il cachait sous ses vêtements. Arrêté, il est conduit aussitôt au commissariat pour complément d’enquête avant de le déférer devant la justice.

Categorie: Marocco

Casablanca : Un meurtrier épinglé grâce à la caméra de surveillance du tramway

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 14:08

Il a avoué aux enquêteurs qu’il est bel et bien le meurtrier et qu’il était sous l’effet de comprimés psychotropes quand il a attaqué la victime.

La caméra de surveillance installée à la station de tramway Ali Yata, à Casablanca, a permis aux éléments de la police judiciaire relevant du district de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ d’arrêter un homme qui a tué un jeune homme à coups de couteau. La victime venait de sortir d’une pharmacie quand le malfaiteur lui a coupé le chemin. Sous la menace d’un couteau il lui a demandé de lui remettre tout ce qu’il portait sur lui. Seulement, la victime ne l’entendait pas de cette oreille.

Elle a manifesté une résistance farouche mais le malfrat lui a asséné plusieurs coups de couteau avant de prendre la poudre d’escampette. Se basant sur les images prises par la caméra de surveillance, les enquêteurs se sont adressés aux habitants des environs de la scène du crime pour avoir quelques informations. En effet, les limiers sont arrivés rapidement à l’identifier puisqu’il est l’un des habitants de Hay Mohammadi, repris de justice, jouissant d’une mauvaise réputation.

Son domicile a été repéré et une souricière lui a été tendue non loin de chez lui. Le même jour, mercredi 5 décembre, il est tombé dans les filets de la police de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ. Soumis aux interrogatoires, il a avoué aux enquêteurs qu’il est bel et bien le meurtrier et qu’il était sous l’effet de comprimés psychotropes quand il a attaqué la victime. Il n’avait pas l’intention de le tuer, dit-il, mais seulement lui subtiliser son smartphone. Mais quand la victime a manifesté de la résistance, il a été obligé de le poignarder, avance-t-il. La victime qui a été évacuée vers le service des urgences à l’hôpital Mohammed V a succombé à ses blessures.

Samedi dernier, le mis en cause a été traduit devant le procureur général près la Cour d’appel de Casablanca poursuivi pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner et vol qualifié.

Categorie: Marocco

L’accord quadruple n’a pas insufflé une dynamique à la complémentarité économique

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 14:00

5ème réunion de la commission douanière mixte des pays membres de l’accord d’Agadir

La 5ème réunion de la commission douanière mixte des pays membres de l’accord d’Agadir, initiée jeudi à Casablanca, met l’accent sur la réalisation des objectifs de cette convention. Les pays membres étant le Maroc, la Jordanie, la Tunisie et l’Egypte. «Pour consolider les acquis de cet accord, il faut se pencher sur le diagnostic et traitement de toutes les entraves à nos échanges commerciaux tout en veillant à identifier les avantages et privilèges de cette convention», précise Nabyl Lakhdar, DG de l’Administration des douanes et impôts indirects, en ouverture de l’événement qui se poursuit jusqu’à ce vendredi. Pour lui, la complémentarité entre les pays membres n’aura pas lieu sans accorder la priorité aux échanges commerciaux des produits industrialisés dans ces pays membres.

«L’intégration régionale n’aura pas lieu sans encouragement des investissements communs pour aller vers d’autres marchés tout en tirant profit du partenariat avec l’Union européenne pour promouvoir nos secteurs de production générateurs de richesse et d’opportunités d’emploi voire contribuer au développement durable», enchaîne-t-il. A propos des marchés, M. Lakhdar évoque notamment celui africain. «Nous sommes en cours de traitement du certificat d’origine électronique vu son importance quant à la facilitation des procédures permettant de bénéficier d’un système de privilèges», ajoute le DG marocain. De plus, un système de statistiques est, selon ses dires, en cours de mise en place pour collecter les données relatives au commerce extérieur des pays membres.

L’intervenant, qui estime que cet accord quadruple n’a pas insufflé une dynamique à la complémentarité économique pour couvrir les besoins de la région en marchandises, ne manque pas de conduire des chiffres relatifs au Maroc. Comme il le rappelle, les échanges commerciaux avec les pays membres n’ont pas connu de hausse notable puisque leur croissance n’a pas dépassé 0,3% entre 2010 et 2017. Quant aux déclarations douanières inscrites dans le cadre de l’échange entre les pays membres, elles ont connu une baisse de 0,6% sur la même période. Quand même, la délivrance des marchandises importées est marquée par une amélioration graduelle. Ainsi, la durée de délivrance est passée de 1,7 jour à 1,3 jour, soit 23,5%. Par l’occasion, M. Lakhdar rappelle la dématérialisation de la déclaration douanière qui entrera en vigueur en janvier prochain.

Categorie: Marocco

Un Monde Fou

L'economiste - Ven, 14/12/2018 - 14:00

■ Un couple nu au sommet d’une pyramide

cari_insolite_011.jpg

 

Categorie: Marocco

Accident de tram Un drame de plus

L'economiste - Ven, 14/12/2018 - 13:45
tram_accidents_011.jpg
Categorie: Marocco

COP24: Forcing sur le financement

L'economiste - Ven, 14/12/2018 - 13:30
cop-24-nezha-el-ouafi-011.jpg

Selon Nezha El Ouafi: « les coûts d’adaptation à l’horizon 2030 sont susceptibles d’être compris entre 140 et 300 milliards de dollars par an» (Ph. CP)

Categorie: Marocco

«Zhar W Chouk»: La troupe Massarat entame sa tournée dans plusieurs villes

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 13:17

Avec le soutien du ministère de la culture et de la communication – secteur de la culture, la troupe Massarat de la création artistique et culturelle entame une tournée théâtrale avec la nouvelle pièce «Zhar W Chouk».

Inspirée de l’œuvre «Le Conteneur» d’Abbas El Hayk, cette pièce de théâtre est mise en scène par Said Bahadi. La pièce relate l’histoire d’un couple qui traverse des moments difficiles hors du pays natal, après avoir souffert d’oppression et de précarité. «Impuissants de faire face au coût de la vie et la prise en charge de deux enfants, ils ont quitté leur pays pour se retrouver dans un conteneur au milieu de nulle part. Ils commencent à évoquer leurs souvenirs partagés, les bons et moins bons, à commencer par le début de leur histoire d’amour.

Sabra pleure ses beaux jours d’encadrant de cours de piano et chant. Elle exerce maintenant le métier de femme de ménage et elle ne peut plus retrouver la dignité et le bonheur perdus. Naji qui travaillait dans une pharmacie pour bénéficier d’un petit salaire ; et ne pouvait plus assurer l’approvisionnement et les besoins du foyer, il finit par voler la caisse et se retrouver en prison…», peut-on lire dans la présentation de la pièce. «Zhar W Chouk» est interprétée par le comédien Abdelkebir Rgagna,  la comédienne Doha Azami et l’artiste comédien Abdou Jalal.

Programme des représentations

• Vendredi 14 décembre à la salle Mohammed Haji – Sala  Al Jadida

• Dimanche 16 décembre à la salle Daoudiate – Marrakech

• Samedi 22 décembre au Centre culturel – Machraa Belkciri

• Dimanche 23 décembre au Théâtre Régional – Kénitra

Categorie: Marocco

Cour de justice: La stratégie de la BCE passée au crible

L'economiste - Ven, 14/12/2018 - 13:15

La Cour de justice de l’Union européenne vient de trancher. Elle a estimé que le vaste programme de rachats de dette lancé en 2015 par la Banque centrale européenne, le «QE» ou assouplissement quantitatif, est conforme au droit européen. Ceci juste avant sa fin qui devrait être décidée ce jeudi 13 décembre 2018.

Categorie: Marocco

Les programmes d’appui à l’investissement présentés aux PME-TPE du Souss-Massa

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 13:00

A l’initiative de l’Asmex, la Fenip et Maroc PME

L’Association marocaine des exportateurs (Asmex), la Fédération des industries de transformation et de valorisation des produits de la pêche (Fenip) et Maroc PME ont organisé mercredi une rencontre à Agadir pour déployer les programmes initiés par Maroc PME pour accompagner le développement de la compétitivité des petites et moyennes entreprises.

Cette rencontre organisée en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services et du Conseil régional du Souss-Massa a connu la participation du président de l’Asmex, des représentants de Maroc PME et de la Caisse centrale de garantie, porteurs de projets, ainsi que les responsables PME-TPE de la région.

«L’Asmex, en tant qu’alliée de l’entreprise marocaine vers l’international, souhaite opérer dans la proximité avec les TPME afin de mobiliser les richesses exportables de la région du Souss-Massa et encourager les entreprises à adhérer aux programmes visant la création de valeur et le développement d’écosystèmes compétitifs», a déclaré Hassan Sentissi El Idrissi, président de l’Asmex.

Les TPME présentes à cette rencontre ont assisté à une présentation des programmes d’appui initiés par Maroc PME aux niveaux  national et régional. L’objectif des programmes lancés est d’accompagner et d’assurer le développement des TPME au niveau des 12 régions du Royaume. Le programme Inmaa (Initiative marocaine d’amélioration) visant l’amélioration de la compétitivité des PME a été exposé tout en dressant le bilan depuis son lancement en 2011.

Selon les intervenants lors de cette rencontre, Maroc PME vise à renforcer la compétitivité des écosystèmes et des TPE-PME en actionnant les leviers de performances opérationnelles, d’investissement et d’accès aux marchés, à promouvoir l’entrepreneuriat à travers le déploiement du statut d’auto-entrepreneur et l’accompagnement à la formalisation des activités et à faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs et de TPE-PME ayant un modèle d’affaires structurant et à fort impact.

«Cette rencontre vient pour sensibiliser les entreprises du secteur agroalimentaire et des exportateurs locaux à venir bénéficier des programmes de Maroc PME qui met à leur disposition une série d’initiatives, notamment le programme soutien à l’investissement et qui permet aux entreprises visées de bénéficier d’une subvention qui peut aller jusqu’à 10 millions DH», affirme à ALM Mouni Zraidi, responsable développement à Maroc PME.

Pour rappel, le choix de la région du Souss-Massa pour abriter cette rencontre n’est pas le fruit du hasard. La contribution de la région au PIB national en 2016 est de 6,7%, avec un taux de croissance régional de 2,2%. La région dispose d’une superficie agricole utile qui s’élève à 615.500 hectares et d’un grand port de pêche, auquel s’ajoutent de petits ports pour la pêche artisanale. Ce qui justifie une contribution des activités primaires à plus de 20% au PIB de la région. Aujourd’hui, la réflexion s’articule au niveau régional autour du développement de nouveaux secteurs porteurs, notamment l’industrie agroalimentaire, les mines et les énergies renouvelables.

Categorie: Marocco

Recherche scientifique : ADM scelle un partenariat avec l’Université Cadi Ayyad

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 12:52

La Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) et l’Université Cadi Ayyad à Marrakech (UCA) ont signé récemment une convention de partenariat scientifique portant notamment sur le compactage à sec, pour soutenir d’autres domaines de recherche innovants en relation avec le développement durable et l’intelligence artificielle.

« L’économie de l’eau par compactage à sec des sols dans leur état naturel lors de la construction des remblais des routes et des autoroutes est l’axe de recherche principal de la convention initiale. Une thèse co-encadrée par le partenaire industriel a été soutenue le samedi 8 décembre 2018 constituant ainsi l’aboutissement d’une première étape de collaboration fructueuse. Les réflexions vont continuer à être développées sur ce sujet fort intéressant dans la convention signée», explique-t-on dans un communiqué.

Les autres axes de recherche qui seront développés mutuellement par les partenaires portent sur la mobilité durable, l’érosion et la stabilité des talus, l’aménagement du territoire et les impacts environnementaux, la qualité des sols et des matériaux de construction des ouvrages d’art, les énergies renouvelables et l’intelligence artificielle.

A ce propos, Anouar Benazzouz, directeur général d’ADM, a déclaré que «nous mettons un point d’honneur à réaliser tous les engagements prévus dans les conventions avec nos partenaires en R&D et le succès des recherches. Nous sommes fiers et heureux de reconduire notre convention de partenariat avec l’UCA, université marocaine de renommée internationale».

Categorie: Marocco

The day after

ALBAYANE - Ven, 14/12/2018 - 12:36

Festival international du film de Marrakech

Saluons de prime abord le retour réussi  du Festival de Marrakech. La réussite de l’événement est tangible, bien réelle avec des moments forts et des images symboles qui l’illustrent. L’événement reste ainsi une manifestation cinématographique d’envergure internationale.

Cette fois encore il met le Maroc au centre de l’actualité cinématographique internationale grâce à des séquences locomotives qui le portent très haut. Des images vont dans ce sens ; voir Faouzi Bensaïdi dialoguer avec Martin Scorsese ou Narjiss Nejjar avec Agnès Varda…sont des moments inoubliables dans la vie du festival et de la profession du cinéma au Maroc ; il en est de même des rencontres (interviews, selfies…) réalisées par des journalistes et critiques marocains avec des noms mythiques du cinéma américain (Robert de Niro/ Jamal Khannoussi ; James Gray/Said Elmazouari…).

Le tapis rouge a connu également un succès et un engouement des stars locales en présence d’un public enthousiaste et une météo généreuse qui a fêté à sa manière ce regain.

Une réussite événementielle qui du coup jette un regard interrogateur sur l’opportunité de l’annulation/ le report de l’édition 2017. Il apparaît aujourd’hui que la raison de cette pause se réduit finalement à l’éviction de l’ancien directeur artistique français  et de sa société de production puisque pour l’essentiel le festival a maintenu ce qui fait son ADN. «Tout ça pour ça ?», sommes-nous de dire ! On aurait pu, suite à des raisons fiables, remercier l’ancien directeur artistique le lendemain même de la 16ème édition, c’est-à-dire dimanche et dès lundi nommer une nouvelle équipe pour lui offrir un espace temps pour préparer une nouvelle approche artistique du festival.

La nouvelle direction artistique (collégiale ?) n’a disposé que de quelques mois pour préparer sa mouture qui in fine n’a pas déçu. Cela est vrai dans la mesure où on n’a pas cherché à trop chambouler la configuration générale de la programmation. Pouvait-il en être autrement ? J’en doute puisque pratiquement aujourd’hui tous les festivals finissent par se ressembler (compétition officielle, master classe, hommages, séances spéciales…). Certes, on a introduit ou réintroduit des séquences dont certaines sont destinées à la profession de cinéma au Maroc. C’est le cas avec un panorama de films marocains. Un choix discutable sur lequel nous reviendrons plus tard. En attendant je dis en deux mots : Marrakech ne peut pas remplacer Tanger.

Reste maintenant le palmarès. Il est révélateur de l’état de la compétition officielle. Les trois films arrivés en tête ont été vus dès les trois premiers jours de la compétions officielle ; le palmarès était donc plié très tôt, les autres jours de la compétition officielle n’ont servi qu’à compléter les cases restantes (celles des prix d’interprétation, très variables donc aux choix très ouverts). Cela est édifiant d’autant plus que de nombreux observateurs ont relevé le niveau très moyen de films des premières journées du festival qui n’ont été rehaussées que par un film hors compétition, Roma de Alfonso Cuaron.

Il faut dire que la logique culturaliste qui a porté la sélection officielle de cette édition a réduit un bon quart des films de la compétition officielle à de la figuration géographique ; c’est le cas des films venus du Maroc, de la Tunisie, de l’Egypte et du Soudan. Des films qui n’avaient aucune chance pour l’Etoile d’or, ni pour le prix du jury ni pour le prix de la réalisation. Ce dernier intitulé ma paraît d’ailleurs absurde : comment un film peut-il être bien réalisé sans être le meilleur film d’une compétition ? A la rigueur revenir au Prix du scénario me semble plus logique, un film peut être porté par une idée, une histoire (le scénario) et déraper à cause de mauvais choix à un niveau ou un autre de l’expression cinématographique spécifique.

Des observateurs locaux ont regretté l’absence du film marocain au palmarès. Les plus optimistes pariaient sur un prix pour l’excellente Fatima Zahra Bennaceur dans le film Urgence ordinaire de Mohcine Besri. Une prestation intéressante mais le personnage a été écrasé par le rôle. A l’image du film dans son ensemble plombé par un discours pléthorique voire populiste alors que la structure et le schéma initiaux étaient prometteurs (Besri maitrise bien les huis clos). Qu’est-ce qu’on retient du film ? Un couple mixte (marocaine mariée à un Suisse) vient découvrir une société fracturée, déprimée (Ali), incapable de sauvegarder l’embryon de vie (l’amie de Houssine) qui avorte) et de soigner un enfant; une société qui se complait finalement dans le pathos.

L’article The day after est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

IR professionnel: Les avocats payeront jusqu’à 500.000 DH

ALBAYANE - Ven, 14/12/2018 - 12:30

Les avocats, sommés d’effectuer une déclaration rectificative pour la période allant de 2014 à 2017, sont désormais fixés. En effet, une grille tarifaire par tranches vient d’être mise en place pour leur donner plus de visibilité sur le montant à payer auprès du fisc.

Cinq tranches de l’impôt sur le revenu (IR) ont été arrêtées. Elles vont de 30.000 à 1 million de dirham. Partant de là, les robes noires devront payer entre 30.000 DH pour la première tranche et 500.000 DH pour la dernière tranche. Sachant que ces déclarations rectificatives devront être déposées sur la base du chiffre d’affaires et de l’impôt payé en 2017. L’opération devrait démarrer dès le 22 décembre au niveau des directions régionales des impôts. Si la démarche se veut volontaire, ceux qui ne régulariseront pas leur situation subiront des contrôles fiscaux pouvant déboucher sur des redressements, selon les lois en vigueur. L’idée est de limiter les écarts importants constatés entre les recettes de l’IR prélevée à la source et l’IR déclaré par les professions libérales.

D’ailleurs, les statistiques de l’administration fiscale révèlent que 75% de l’IR proviennent des retenus à la source sur salaires, tandis que le reste est collecté d’autres impôts dont l’IR professionnel. Ce qui explique la traque lancée par le fisc. En effet, les avocats figurent parmi d’autres professions libérales dont les revenus sont placés depuis quelques mois sous la loupe du fisc.

Début décembre, la Direction générale des impôts avait diffusé une note de service expliquant les motifs de régularisation de la situation fiscale des professions libérales par rapport à ce qu’ils ont payés sur les quatre dernières années (2014-2017). L’administration fiscale constate d’importantes discordances entre les éléments déclarés et les renseignements dont elle dispose. Une insuffisance manifeste des résultats déclarés par rapport à la nature de l’activité ou à l’évaluation des dépenses telles que définies dans l’article 26 du code général des impôts est également relevée. En les incitant à procéder à la déclaration rectificative, le fisc souhaite avoir une image plus claire des revenus.

L’approche retenue consiste à inciter ces contribuables à s’inscrire dans une logique de conformité volontaire et souscrire des déclarations rectificatives conduisant à la révision des revenus déclarés de leur part. Cette déclaration doit refléter la réalité des revenus issus de l’activité exercée. Après les avocats, le fisc compte s’attaquer à d’autres professions libérales comme les notaires. Rappelons que les médecins du privé ont été les premiers à ouvrir le bal en régularisant depuis le 10 décembre leur situation fiscale.

Hajar Benezha

L’article IR professionnel: Les avocats payeront jusqu’à 500.000 DH est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Si Salé m’était contée

L'economiste - Ven, 14/12/2018 - 12:30
sale_011.jpg

 

Categorie: Marocco

Une forte mobilisation pour les prochains défis

ALBAYANE - Ven, 14/12/2018 - 12:21

Rencontre du PPS à Ouarzazate et Tinghir

Une délégation de la direction nationale du PPS, composée de Charafate Afailal et Saoudi El Amalki, membres du bureau politique, a animé, le week-end end dernier, plusieurs rencontres de communication respectivement à Ouarzazate et Tinghir.

Ces rencontres qui s’inscrivent dans le cadre des conseils provinciaux, se sont distinguées par de profonds moments de mobilisation et de responsabilité de la part des militantes et militants de ces deux contrés de la région de Dràa Tafilalet. Tous les membres des deux  conseils respectifs, notamment les sections provinciales et locales, les conseillers communaux, les membres du comité central, les organisations parallèles et des secteurs socio-économiques, ont pris part âpres ces rassemblements internes.

Dans sa communication, Charafate Afailal a mis en  exergue les objectifs de ces rencontres qui se déroulent dans la quasi totalité du territoire national. Tout en louant cet enthousiasme dont fait preuve l’assistance, elle mit l’accent sur la situation politique préoccupante, du fait du recul qui caractérise l’institution partisane, depuis un certain temps. Cet état de fait, précise-t-elle, influe négativement sur la dynamique multiforme du pays et n’encourage guère au développement escompté. D’autre part, de larges franges de la population marocaine souffrent les effets de la pauvreté, de l’exclusion et de l’injustice sociale. Il n’y a donc pas d’issue que de réactiver la machine politique pour combler ce gros déficit.

Pour son côté, Saoudi El Amalki n’a pas manquer d’apprécier la tenue de ces rencontres du parti, en ces moments de la reprise de l’action partisane. Pour lui, il est donc question de fortifier l’outil partisan afin de permettre aux militants de se lancer dans l’accomplissement des missions susceptibles de relever les défis de l’avenir. Pour ce faire, poursuit-il, il s’agit de restructurer toute les sections locales et les organisations parallèles pour insuffler des bouffées d’oxygène dans leurs veines. Dans ce sens, il va donc falloir, a-t-il enchainé, mettre en œuvre les dispositions du plan de «Attajador», tout en insistant sur les bienfaits de la formation et de la mobilisation de toutes les compétences dont regorge le parti.

Enfin, il faut dire que ces rencontres ont constitué une occasion pour tous les militants et militants de mettre sur pieds un plan de travail qui baliserait le chemin de l’action politique, tout en se basant sur les valeurs de la solidarité, de la synergie et de l’organisation pour un parti uni et performant. Les échanges qui ont lieu traduisent bel eh bien, cette volonté manifeste d’aller de l’avant, par le biais de la consolidation des structures de base pour pouvoir construire cet édifice partisan. Tout le monde est alors conscient de l’importance de cette tâche à laquelle le parti prête un intérêt tout particulier. Car on ne peut prétendre un parti fort sans structures fortes, capable de gagner le pari à venir eh de contribuer au développement du pays.

S.E

L’article Une forte mobilisation pour les prochains défis est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

La croissance urbaine africaine, une aubaine? Maîtriser la course vers les villes pour ne pas être débordés!

L'economiste - Ven, 14/12/2018 - 12:15

L’histoire humaine a prouvé que l’urbanisation est synonyme et facteur de progrès. La croissance urbaine est souhaitable, et sera continuelle. Cela s’est fait partout, et se fera également en Afrique. La ville est un lieu de brassage, de métissage et d’enrichissement socioculturel du fait de la grande diversité des populations urbaines.

Categorie: Marocco

L’exemple d’un hôpital qui émerge du lot!

ALBAYANE - Ven, 14/12/2018 - 12:14

Il faut bien rendre à César ce qui appartient à César, dirait-on, au cas où les vertus de l’équité et de la reconnaissance s’imposeraient. Cette citation fort courante conviendrait, à coup sûr, à la nouvelle métamorphose que connaît à présent, le centre hospitalier régional Hassan II d’Agadir.

En fait, depuis la mise en place d’un nouveau directeur à la tête de cet ancien établissement de santé, il y a à peine quelques mois, de profondes mutations n’ont cessé de voir le jour, en termes de réaménagement tous azimuts. Certes, on ne peut combler, d’une seule traite, des dysfonctionnements et des déficits qui datent de plusieurs décennies, en matière de conduite, de relationnel, de réformes…

Cependant, il va certainement sans dire qu’en un laps de temps, des anomalies tendent à disparaître, par la mise en avant d’une gouvernance, à la fois dictée par l’intransigeance sur le principe, mais aussi marquée par la souplesse, le cas échéant. «Le style est l’homme !», disait Leclerc de Buffon, l’éminent écrivain de l’académie  française. Sur le même ordre d’idées, son collègue, André Sponville explicitait davantage cette maxime, en la reformulant en ces termes : «Quant le style est l’homme, il faut déjà s’en inquiéter !». Pour Dr Abdelaziz Errimani, le récent gestionnaire, en charge de l’hôpital en question, le style n’a qu’un sens unique, celui de servir le patient, dans toutes les circonstances, aussi complexes soient-elles!

Illustre chirurgien et fin administrateur, il concilie avec passion et engouement, le calepin de la direction et le bistouri de l’opération. Au quotidien, il mène un combat farouche contre la dépravation et la filouterie qui régnaient, depuis des lustres dans les rouages des blocs et des couloirs. En revanche, doté de fortes qualités de fédération et de valorisation des compétences sanitaires, il imprima, sitôt débarqué sur les lieux, les conditions de synergie et de symbiose, au sein du staff administratif et du corps médical et infirmier. Il est bien évident que tous ces maux qui ont si longtemps gangrené dans l’enceinte de cette prestigieuse institution du sud, ont fini par devenir empester le domaine, tout entier. La gabegie sous toutes ses formes,  ne faisait que proliférer, des années durant.

Toutefois, on s’ingénie à secouer le cocotier, à assainir les services, à ré impulser les ardeurs, à réinventer les manières d’agir…Un climat de travail solidaire s’instaure, puisque le chef de file met lui-même, la main à la pâte, dans le bloc opératoire, au lieu de faire le chef de caserne depuis son bureau. Pour illustrer toute cette embellie, on se contentera de citer, entre bien d’autres, faits notoires. Tout d’abord, en octobre dernier, on parvient à conclure plus de 400 actes de chirurgie, toutes spécialités confondues. Une première dans les annales de la performance à l’échelon national. D’autre part, on s’attelle, dans un coup de cœur exemplaire, à éponger, en moins d’une semaine, tout le retard cumulé en matière d’interventions chirurgicales, en faveur des malades du centre doncologie Lalla Salma d’Agadir.

La campagne à haute dimension humaniste vient de mobiliser les ressources humaines et matérielles pour opérer pas moins de 30 malades atteints de cancer. Une initiative inédite dans le pays, traduisant encore fois, cet esprit de communion insufflé parmi le personnel de tous les  osés d’intégrité métiers de santé. Parfois, dans nos chroniques quotidiennes, on nous reproche d’être trop critique dans tel ou tel secteur. Mais, quand des personnes éprises d’intégrité font preuve de sens de responsabilité, on n’hésite guère à faire l’éloge à leur égard, comme c’est le cas, aujourd’hui, de l’hôpital Hassan II d’Agadir!

L’article L’exemple d’un hôpital qui émerge du lot! est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Botola Maroc Telecom : Une journée tronquée mais passionnante

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 12:11

Les aficionados de la Botola Maroc Telecom n’auront en cette fin de semaine que trois rencontres à se mettre sous la dent. La 12ème journée sera tronquée en raison de la participation du Wydad et de l’Ittihad de Tanger en Ligue des Champions d’Afrique et du Raja et du Hassania d’Agadir en Coupe de la Confédération.

Néanmoins, les trois rencontres figurant au menu proposent toutes de bons duels. A commencer par le Chabab Rif Al Hoceima et le Moghreb de Tétouan qui se chargeront d’ouvrir le bal ce samedi au stade Mimoun Al Arsi. La dernière défaite des locaux face au Mouloudia d’Oujda n’a fait qu’empirer une situation déjà délicate. Sur les 11 matchs disputés depuis le début de la compétition, le CRA n’est sorti victorieux qu’à deux reprises. Il en a en revanche perdu 5 et a été forcé au partage de points 4 fois. Classé à la 14ème position avec 10 points, il mise sur ce prochain match pour quitter la zone de turbulence. Cependant, son adversaire du jour a repris du poil de la bête. Après des résultats mi-figue mi-raisin, le MAT s’est légèrement amélioré et compte continuer sur cette lancée pour progresser dans le classement général.

Dimanche, un derby tout feu, tout flamme sera au rendez-vous. L’AS FAR reçoit le FUS au complexe sportif Prince Moulay Abdellah. Bien que la situation actuelle des deux équipes ne soit pas à son meilleur niveau, l’émulation, elle, demeure intacte.

Les Militaires qui ferment la marche n’ont aucun intérêt à prendre ce match à la légère. Après le départ de M’hamed Fakhir, c’est Mohcine Bouhlal qui prend provisoirement les commandes dans le but d’insuffler une nouvelle dynamique au sein de son effectif et d’installer un climat serein. Ce premier test contre le FUS est d’une grande importance eu égard à ses multiples retombées. De leur côté, les visiteurs, ragaillardis par leur dernier succès face au Raja de Casablanca, chercheront à profiter de la méforme de leur antagoniste pour lui infliger une nouvelle défaite.

Enfin, le Difaâ d’El Jadida croisera le fer avec le CAYB Berrechid. Ce duel rapproché promet en intensité. Les deux formations occupent respectivement la 4ème et la 5ème position avec 15 et 14 unités. La victoire et la progression dans le classement général constitueront le principal moteur pour les deux clubs.

Categorie: Marocco

Les députés PPS au Parlement

ALBAYANE - Ven, 14/12/2018 - 12:05

Benchekroun :

Viande blanche: nécessité d’améliorer l’approvisionnement du marché

L’amélioration du marché en viande blanche (poulet et dinde), de qualité meilleure et à des prix raisonnables, est une nécessité pour la protection de la santé des citoyens et la sécurité alimentaire du pays, a souligné le député Karimi Jamal Benchekroun, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS : PPS) à la Chambre des députés.

Dans une question, adressée au ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhennouch, lors de la séance parlementaire des questions orales du lundi 10 décembre, le député a attiré l’attention sur l’anarchie qui marque ce secteur vital. Ce dernier reste, selon le député, toujours dominé par des circuits d’abattage non agréés et non contrôlés (grosses tueries, marchés de gros et souks) et ce malgré l’existence de tout un arsenal juridique et une réglementation aux standards internationaux qui s’est renforcée depuis des années.

Le député s’est interrogé dans ce cadre sur le rôle que doit jouer l’ONSSA (Office National de sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires) et les autres services du ministère dans le contrôle sanitaire de la viande avicole produite, notant que l’abattage «clandestin» se répand de plus en plus dans le secteur.

Domination des activités informelles…

Il est également nécessaire de contrôler, ajoute le député, tous les circuits de production à commencer par les aliments mis à la disposition des éleveurs, rappelant que la viande blanche est de plus en plus consommée dans le pays en raison de la cherté de la viande rouge.

Lui répondant, le ministre de l’agriculture de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a confirmé que le marché est effectivement dominé par les activités informelles, souvent incontrôlables. Il a fait savoir que 9000 unités modernes d’abattage de volailles agréées seulement opèrent dans le secteur et que les fameuses tueries artisanales dites «Ryachates» pullulent partout sous l’agrément des communes.

***

Hammouni:

Le Plan Maroc Vert ne profite qu’aux gros exploitants

L’heure de vérité a sonné pour le Plan Maroc Vert (PMV). Lancé il y a dix ans dans l’espoir de promouvoir le développement agricole du pays, il n’a finalement profité qu’aux gros exploitants, qui ont bénéficié de toutes les subventions et aides de l’Etat, alors que les petits agriculteurs n’en entendent parler que dans la télévision qui en diffuse une série de chiffres qui font rêver, a affirmé le député Rachid Hammouni.

Le député du groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants réagissait aux réponses du ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhennouch, lors de la séance des questions orales du lundi 10 décembre. Hammouni a indiqué que le petit agriculteur ne reçoit en fait rien du tout du PMV avant de s’interroger sur la signification des chiffres annoncés par le ministre lors de la présentation du projet du budget de son département pour l’année 2019 et dans d’autres occasions.

Lui répondant, le ministre a indiqué que 821.000 petits agriculteurs ont bénéficié de subventions et que l’agriculture d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier.

Et pour convaincre le député, le ministre dit : «nous devons être positivistes. Vous avez soutenu ce programme lors du gouvernement d’Abbas El Fassi. Vous ne devez pas nous tirer vers l’arrière. Nous voulons aller de l’avant».

M’Barek Tafsi

L’article Les députés PPS au Parlement est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

CAN-2019 : L’Egypte se dit «prête»

Aujourd'hui le Maroc - Ven, 14/12/2018 - 12:03

Après la décision du Maroc de ne pas être candidat

L’Egypte se dit «prête» à accueillir la Coupe d’Afrique des Nations 2019, après la décision du Maroc de ne pas être candidat à l’organisation de cette édition, retirée au Cameroun le mois dernier, a indiqué mercredi le ministre égyptien des sports.

«L’Egypte est capable d’organiser la compétition et nous serons fiers de le faire», a déclaré Ashraf Sobhi à la chaîne locale ON Sport. «Le peuple égyptien est toujours prêt pour des choses pareilles, on a des structures au plus haut niveau, et on a déjà organisé des compétitions.»

L’Egypte a déjà organisé quatre fois la CAN, la dernière en 2006.

Après l’annonce le 30 novembre du retrait de l’organisation au Cameroun, en raison de retards dans les travaux d’infrastructures et d’une situation fragile sur le plan sécuritaire, l’Egypte avait laissé la priorité au Maroc.

Mais mercredi soir, le ministre de la jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, a déclaré à l’AFP que «le Maroc n’avait pas l’intention de présenter sa candidature pour accueillir la Coupe d’Afrique des Nations 2019 et ne le fera pas».

Le pays hôte de la CAN, prévue du 15 juin au 13 juillet, sera connu le 9 janvier. Le président de la Confédération africaine (CAF), Ahmad Ahmad, a indiqué lundi qu’après la clôture de l’appel aux candidatures le 14 décembre, «tout sera finalisé le 25 décembre pour faire sortir une «short list» de candidats avec leur évaluation et des notations claires».

Il a évoqué «deux ou trois lettres d’intention», dont une de l’Afrique du Sud.

Categorie: Marocco